aller au contenu

LE PARCOURS DE VIE DE FABRICE MASUKA

Après des humanités orientées vers le métier d'éducateur à l'Institut Demot Couvreur, Fabrice Masuka poursuit des études de kinésithérapeute à l' ISEK (institut supérieur de Kinésithérapie). Quand il devient père de famille, il arrête ses études et commence alors son parcours professionnel.

Il travaille dans le secteur des assurances pendant quatre ans. Il décide ensuite de se réorienter vers le secteur de la jeunesse où il pourra développer davantage les aspects relationnels et sociaux qui lui tiennent à coeur.

De 1991 à 1996, il accompagne des jeunes délinquants dans leur réinsertion sociale dans le service de la protection de la jeunesse (IPPJ). Ce sont des meurtriers, des voleurs, des drogués, des enfants battus, des adolescents désespérés. Cette expérience lui apprend combien il important de se situer dans un cadre cohérent avec des repères clairs pour un public fragilisé. « Il faut savoir jusqu'où l'on se déshabille, être attentif à ce qu'on peut donner et ne pas donner ».

En 1996, il devient coordinateur d'un centre de jeunesse où il met sur pied des projets pour de jeunes adultes de 18 à 30 ans qui abordent différents aspects de la rencontre intra-communautaire, interculturelle (échanges avec le Sénégal) et notamment, entre autres, une réflexion sur les minorités. Il développe des niveaux relationnels à tous les niveaux de compétence de la Commune de Watermael-Boitsfort. Il a un réel rôle de coordination sociale et fait également partie du Conseil culturel. En 1997, il est nominé Bruxellois de l'année dans la catégorie sociale. Pas de prix mais une reconnaissance qu'il dédie à tous ceux qui comme lui ont la fibre et s'investissent dans des projets de société.

De 1997 à fin 2000, il crée et anime une émission de radio sur Campus « Planète Jeunes ». À partir de là, il lance le projet « Une onde de choc pour la culture ». Il part avec un groupe âgé de 20 à 25 ans pour rencontrer les Indiens de la tribu Atikawmek (5e nation indienne du nord du Canada) dans leur réserve naturelle. Leur objectif : nouer du lien social entre eux et dans la communauté.  Deux semaines  sur place permet de redynamiser les liens entre les personnes, grâce à la restauration d'une radio locale délaissée depuis quelques temps. La rencontre est fabuleuse.

Parallèlement à la coordination du centre, Fabrice mène une vie d'animateur. Présentateur du basket ball en division 1, au Festival du rire de Rochefort, au Festival Couleur Café. A ce moment, il commence à faire des liens entre toutes ses pratiques et d'une certaine manière à trouver des logiques ludiques pour insérer des jeunes adultes dans le monde du travail. Au-delà de la question pécuniaire (le travail est bénévole), il y a la satisfaction pour eux de participer à un projet collectif et valorisant.

Début 2001, Fabrice est épuisé et arrête de travailler. Il développe ses activités culturelles et décide de consacrer du temps au développement de projets au Congo. Il veut contribuer au développement de son pays d'origine.

En 2004, il se sent à nouveau prêt à rechercher un emploi. Il est suivi par un conseiller quelques mois à

et trouve un appui en la personne de Jean-Noël Cuvelier qu'il avait rencontré au Conseil Culturel de Watermael Boitsfort. Lorsqu'il reprend le flambeau à

, il faut remettre de l'ordre et de la vie dans cet AFT.

Fabrice garde en vue ses projets de développement en Afrique et avec son asbl JAMBO, il met sur pied en 2006 le « Festival au C?ur d' Afrique ». Ce festival permet de contribuer à l'épanouissement collectif et individuel des participants et du public. L'initiative crée de l'emploi pour les artisans, plasticiens, couturières, peintres, électriciens et autres corps de métiers nécessaires à la mise sur pied du festival. En plus des formations artistiques, les contrats des artistes sont valorisants et les créations musicales sont originales. En deux éditions il y a eu l'engagement d'une dizaine d'artistes par les sponsors. Voilà des revenus annuels qui nourriront autant de famille.

En 2007, trois ans après, cela grouille. Le pari est en parti réussi ; à Molenbeek formation, la formation tourne, l'équipe est dynamique, sympa et professionnelle.  Des expositions décorent les murs. L'AFT développe un service traiteur à l'occasion d'événements ponctuels tels les 10 ans de la FeBISP, la Fête  de la SNCB, le Festival Couleur Café...

« Informons, formons, pratiquons. Tout ça dans un laps de temps très court. Le problème n'est pas que les gens sachent le faire mais qu'ils aient envie de le faire. »