aller au contenu

ALLO BRUXELLES ? ALLO LA TERRE ?

Conduite à la carte

Jean d'Arhme de Larroute


Bruxelles, le 10 octobre 2009

Chère Hazade,

Décidément, ce voyage dans les capitales européennes se révèle plein d'enseignements. Arrivé depuis deux semaines en Belgique, j'ai pu constater combien la créativité de l'élite politique de ce pays n'a d'égal que son importance numérique. La nouvelle que je viens d'apprendre est difficile à croire et j'augure que, malgré vos vingt années passées à Bruxelles, vous serez de prime abord dubitative puis sans nul doute abasourdie ; et nous savons pourtant que vous n'êtes pas femme à vous en laisser conter ; pour tout dire, tandis que je rédige cette missive, mon ordinateur a « planté » plusieurs fois. À croire qu'il en perd ses polices...
Si, depuis des siècles, nous savons que de tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves, nous pouvons désormais affirmer qu'ils sont aussi les plus téméraires. Depuis l'année dernière, le gouvernement belge a octroyé aux trois régions le pouvoir de légiférer en matière de circulation routière.
Au début, aux dires de mon hôte, cela concernait les limitations de vitesse, le contenu de la formation à la conduite et la classification des infractions des premier et deuxième degrés. Mais depuis le 1er juillet 2009, l'autonomie étant devenue la règle, de nouvelles mesures ont été prises par les gouvernements régionaux.

À compter de novembre, en Flandres, seules les voitures Pigeot, la célèbre marque au Lion, auront le droit de rouler. La seule huile de moteur autorisée sera celle Des Sots, car d'après son fabricant, cela revient à mettre un tigre dans son moteur. Les autorités du Nord estiment qu'entre félins, la cohabitation sera possible, à condition que ce tigre, du Bengale ou de Tasmanie, donc inéluctablement étranger, se plie, sous le capot, aux règles du Wooncode et s'initie à la langue régionale pour rugir de concert.

Par ailleurs, les phares des véhicules devront être de couleur jaunes et noirs. La question subsiste de savoir lesquels seront placés à l'arrière.

À Bruxelles, ville-région multiculturelle, il a été décidé, dans le cadre de la politique de lutte contre les discriminations, d'instaurer la conduite à gauche chaque lundi. Ce sont ainsi plusieurs centaines de Britanniques, Irlandais, Indiens, Pakistanais, Japonais dont l'identité culturelle sera mieux reconnue.

En Wallonie, une mesure similaire est envisagée dans un rayon de 30 kms autour du S.H.A.P.E. Trois projets sont à l'étude : soit définir un jour fixe, autre que le lundi, pour ne pas donner l'impression de copier les bonnes pratiques de Bruxelles ; soit appliquer cette mesure du lundi au vendredi mais seulement pour les allochtones visés ; soit créer un réseau routier spécifique dans le cadre du 7ème Plan Marshall qui devrait entrer en vigueur aux alentours de 2023.

Aux passages des frontières du royaume, les panneaux indicateurs destinés à avertir les voyageurs des limitations de vitesse en vigueur vont désormais par trois. Mais à Bruxelles, c'est l'ensemble des panneaux indicateurs qui sera renouvelé. En effet, ceux-ci seront désormais rédigés dans les vingt-trois langues officielles de l'Union européenne, afin d'accroître la visibilité du statut de capitale européenne de la ville. Après appel d'offre, une étude, confiée au célèbre cabinet de consultance ProxWaterClosed, est en cours pour définir, je cite, « les pistes et les moyens d'intégrabilité et de lisibilité optimales de ce mobilier urbain, y compris pour les automobilistes malvoyants » (lutte contre les discriminations oblige).
Enfin, grâce aux trois satellites cofinancés par la Force Européenne de Distribution d'Euros aux Régions, les GPS fonctionneront en temps réel mais désormais exclusivement dans la langue de la région où évolue le véhicule. Cela s'apparente à un programme Erasmus appliqué aux conducteurs. Face à un accord de coopération pourtant si simple et équitable, il reste néanmoins quelques grincheux pour exiger des exceptions, brandissant l'argument, que d'aucuns jugent éculé, des enclaves, pardon des communes, des Fourrons et de Comines-Warneton, des communes à facilités et de BHV (le Bazar de l'Hôtel de Ville, je crois). J'avoue n'avoir pas encore saisi le rôle de ce grand magasin parisien. Peut-être est-il voué à être adoubé Fournisseur officiel de GPS de la Cour.

Nul doute que ces édits, une fois intégrés par l'ensemble des usagers de la route, augmenteront la sécurité routière, seule véritable finalité de ce transfert de compétences aux régions.

Au plaisir de vous lire,
Votre dévoué,