aller au contenu

Partenariat

Les organismes d'insertion socioprofessionnelle sont des partenaires des pouvoirs publics, le cadre dans lequel s'élabore ses partenariat est essentiel.

Pour mener à bien leurs missions, les organismes d'insertion socioprofessionnelle (OISP) et d'économie sociale d'insertion (ILDE et EI) travaillent en partenariat avec les pouvoirs publics: administration publiques, organismes d’intérêts publics bruxellois de l’emploi (Actiris) et de la formation (Bruxelles Formation). Ceux-ci, parce qu'ils se chargent du plus grand nombre, délèguent certaines de leurs missions à des partenaires spécialisés. Les OISP, ILDE et EI travaillent donc dans une conception de service public accessible aux plus fragiles afin qu'ils puissent s'insérer, tant socialement que professionnellement.

Confiance

La bonne santé d'un partenariat dépend de la confiance mutuelle entre les différents interlocuteurs. Pour cela, il est nécessaire d'établir un dialogue constant entre les structures dans des lieux ad hoc permettant une circulation transparente des informations. L'enjeu est de mettre en place des politiques qui répondent aux besoins de la Région bruxelloise.

  • Assurer une circulation des informations entre tous les acteurs concernés
  • Travailler conjointement sur les actions à mettre en place
  • Echanger les informations dans un cadre de "secret professionnel partagé"

Besoins du terrain

Les OISP, ILDE et EI travaillent sur des problématiques structurelles : infraqualification, élaboration d'un projet professionnel réaliste, etc. Le public-cible des OISP et le public-cible des ILDE et EI doivent faire à de nombreuses difficultés sociales comme l'endettement, le dénuement social, etc. Il ne s'agit pas de problèmes ponctuels qui peuvent se résoudre rapidement, un réel travail de fond doit être fait. Il faut donc que les structures puissent prendre le temps nécessaire pour mener à bien leur travail. Pour être efficaces, les OISP, ILDE et EI doivent adapter leur travail au public-cible. Elles doivent pouvoir garder des marges de manœuvre et innover. Il faut rester vigilant à ne pas tuer l'innovation associative, sous peine de ne plus répondre à l'évolution des populations.

  • Etablir des conventions multiannuelles pour des actions structurelles
  • Consolider les missions en cours
  • Lancer des nouveaux projets
  • Garder une liberté pédagogique

Un financement des OISP structurel et un financement des ILDE et EI structurel est également un enjeux fondamental.

Complémentarité

Les OISP, ILDE et EI s’inscrivent dans une perspective où le service public est garant de la démocratie et de l’émancipation des citoyens. Les acteurs de l’insertion soutiennent un service public fort mais pensent aussi, dans une logique de complémentarité, devoir venir compléter l’offre généraliste du service public par une offre plus spécifique, à destination des personnes les plus fragiles. Cela en faisant appel à des méthodologies adaptées, souvent plus longues, à l’instar de ce qu’offrent les pédagogies alternatives dans certaines écoles. De ce point de vue, les secteurs de l’ISP et de l’ESI exercent une mission de service public au départ d’une expertise de terrain reconnue.

Pour une réelle complémentarité entre acteurs publics et associatifs de l’insertion et afin de clarifier les rôles de chacun, la FeBISP revendique, d’une part, la mise en place d’un cadre global adapté où la place et la légitimité de chaque partenaire sont assurées et que, d’autre part, ce cadre permette de répartir les missions et les usagers entre les différents acteurs de l’emploi et de la formation professionnelle en évitant de les mettre en concurrence entre eux.

  • Garder une offre spécialisée pour un public spécifique
  • Maintenir une souplesse dans la définition des publics cibles
  • Mettre les opérateurs en réseau afin d'assurer une bonne orientation des publics cibles et un échange des pratiques

Un appel au dialogue et à la concertation

Tous les éléments mentionnés ci-dessus expliquent que la FeBISP souhaite travailler le plus étroitement et constructivement possible avec les mandataires politiques et les pouvoirs publics. Pour les matières nous concernant, nous pensons qu’un solide partenariat entre les pouvoirs publics et les acteurs de terrain est un des éléments pouvant garantir une véritable insertion sociale et professionnelle de qualité pour la majorité des Bruxellois.