aller au contenu

EVOLUTION DU GROUPE DE TRAVAIL CONSTRUCTION

Le Groupe de travail ISP Construction réunit les Ateliers de Formation par le Travail (APAJ, Bonnevie, JST), les opérateurs de préformation (CFPAS-IP, FAC) et l'opérateur de formation qualifiante (FTQP) qui organisent des formations dans le secteur de la construction. Initialement, ce GT a pour objet  de réfléchir à la fluidité des passerelles entre les formations dans le secteur de la construction et aux mécanismes à mettre en place pour augmenter l'offre de formation qualifiante.

HISTORIQUE DU GT ISP-CONSTRUCTION

En 2004, les 7 opérateurs du groupe ISP-Construction comparent dans un premier temps leur public et leurs objectifs pédagogiques respectifs. Ils situent ensuite leur offre de formation aux autres opérateurs de formation professionnelle dans les métiers de la construction à Bruxelles. En 2005, le GT adopte un langage commun pour réfléchir à la construction des passerelles et mieux se situer par rapport au contexte plus général de la validation des compétences. En 2006, il se sert du référentiel de qualification « maçon » de la Commission Consultative des Profils de qualification (CCPQ) adopté par l'Enseignement de la Communauté française  pour comparer les niveaux de compétences visés en maçonnerie dans leurs formations. Ces 9 OISP peuvent ainsi se situer par rapport au  projet de programme de référence « maçon » proposé par Bruxelles Formation.

Bruxelles Formation remet au Comité de concertation un projet de programme de référence pour les actions de "Préformation maçon" auquel les OISP veulent réagir. A cette fin, il comparent leurs programmes de formation aux référentiels de la CCPQ. Ils aboutissent ainsi à une vision d'ensemble de leurs pratiques (communes et différenciées) et sont prêts à négocier une base commune pour un futur programme de référence.

les membres du GT ISP-Construction ne s'opposent pas au canevas du programme de référence proposé par Bruxelles Formation mais ils souhaitent plus d'explication sur les items qui leur sont proposés.
A savoir :

  • Les contenus de formation (compétences de base, compétences métier, compétences ISP)
  • Le calcul de la durée des programmes
  • La prise en compte de la spécificité du public
  • Les objectifs de formation
  • Une éventuelle reconnaissance «automatique» des acquis de formation
  • L'existence de programme de référence par métier type et pour des fonctions polyvalentes.

Chaque programme de référence devrait s'adapter aux réalités de chaque activité et secteur professionnel. Ce qui induit de produire un travail de repérage des niveaux de formation avec des personnes-ressources qui connaissent le métier, et dediscuter des projets de programme de référence avec des experts de terrain sensibles à la problématique de l'insertion socioprofessionnelle.

POUR EN SAVOIR PLUS...