aller au contenu

LES ATELIERS DE FORMATION PAR LE TRAVAIL SE REUNISSENT EN GROUPE DE TRAVAIL (GT)

GT AFT

Le Groupe de travail réunit les Ateliers de Formation par le Travail (AFT) qui organisent des formations dans les secteur de la construction (APAJ, BONNEVIE, BOULOT) de l'horeca (ARPAIJE, FORET, ID53, MOLENBEEK FORMATION) de la menuiserie et du jardinage (JST), de l'électromécanique (HORIZON).
Les programmes pédagogiques des AFT sont en rapport direct avec le secteur d'activité choisi, le public cible (différent d'un AFT à l'autre).  Ils visent différents niveaux d'acquis professionnels et suivent différents rythmes et structures de formation.

L'article 5, § 6 du décret du 27/04/2005  précise que :
"Les opérations de formation par le travail procèdent par une mise en situation de travail réel dans un cadre d'activités organisées au sein même de l'organisme, donnant lieu à la production, commercialisée ou non, de biens ou de services. Elles consistent en l'acquisition des pré-requis professionnels nécessaires à l'exercice d'un emploi ou à la poursuite d'une formation professionnelle qualifiante. Elles s'accompagnent nécessairement d'une formation d'une formation de base pré-qualifiante. Elles visent les personnes qui ne sont pas détentrices, au début de l'activité, du certificat de l'enseignement secondaire inférieur décerné par le Ministère de l'Education ou de tout autre diplôme équivalent."
Les formations de base visent les personnes qui ne sont pas détentrices, au début de l'activité, du certificat de l'enseignement secondaire inférieur décerné par le Ministre de l'Education ou de tout autre diplôme équivalent."

L'article 5, § 6 du décret du 27/04/2005  précise que :
"Les opérations de formation par le travail procèdent par une mise en situation de travail réel dans un cadre d'activités organisées au sein même de l'organisme, donnant lieu à la production, commercialisée ou non, de biens ou de services. Elles consistent en l'acquisition des pré-requis professionnels nécessaires à l'exercice d'un emploi ou à la poursuite d'une formation professionnelle qualifiante. Elles s'accompagnent nécessairement d'une formation d'une formation de base pré-qualifiante. Elles visent les personnes qui ne sont pas détentrices, au début de l'activité, du certificat de l'enseignement secondaire inférieur décerné par le Ministère de l'Education ou de tout autre diplôme équivalent."
Les formations de base visent les personnes qui ne sont pas détentrices, au début de l'activité, du certificat de l'enseignement secondaire inférieur décerné par le Ministre de l'Education ou de tout autre diplôme équivalent."

Le

prévoit 4 phases de formation  

  • La formation de base ;
  • La formation pratique (en atelier, sur chantier) ;
  • L'expérience professionnelle ;
  • Le stage en entreprise.

L'apprentissage en AFT se fait au travers d'une mise en situation de production proche de la réalité professionnelle adéquate au profil spécifique des stagiaires. La formation pratique comme l'expérience de production s'inscrivent dans une démarche pédagogique.

HISTORIQUE DU DOSSIER AFT

En 1998, les volumes d'activités des AFT sont reconnus sans tenir compte de leur volume effectif d'heures organisées. Le conventionnement porte sur 600 heures de formation de base pour 12 stagiaires (600 x 12 =7200) pour 6 AFT. Cela ne correspond ni à la réalité du nombre de stagiaires ni du nombre d'heures organisées. Cependant en 1999, le conventionnement n'est toujours pas représentatif du volume d'heures effectivement organisé par chaque opérateur. En réalité, la fourchette s'étend entre 874 heures et 1596 heures.

L'évaluation des activités menées par la DRISU (1) et Bruxelles Formation vise à clarifier les différentes étapes  du processus et  le nombre de stagiaires en formation. Pour les AFT, les rencontres techniques avec les Administrations compétentes doivent dégager clairement

  • Le cadre d'application ;
  • Les procédures d'évaluation ;
  • Les mécanismes de financement de leurs actions de formation.

En 2000, pour remédier à cette distorsion, les AFT écrivent à Bruxelles Formation. Ils espèrent au minimum :

  • Etre conventionnés pour 1000 heures et le nombre réel de stagiaires en formation ;
  • Une plus grande reconnaissance du travail de revalorisation et de resocialisation mené avec leurs stagiaires (indispensable pour développer un réel projet pédagogique avec des personnes fragilisées);
  • Une reconnaissance formelle des aspects à la base de leur pratique pédagogique à savoir : une formation essentiellement pratique et "une production de service" inhérente au processus pédagogique de la formation.

En 2001, Bruxelles Formation répond partiellement aux attentes des AFT :

  • Bruxelles Formation procède à des visites d'inspection administrative. Elles portent sur toute une série de points relevés dans sa liste de critères d'analyse, et notamment sur les moyens en matériel, d'encadrement, stratégies pédagogiques, public visé, locaux etc.
  • Le plafond de 1000 heures est adopté comme plafond de référence. Les AFT l'acceptent de manière transitoire jusqu'à la révision de leur cahier des charges.

Néanmoins, les AFT espèrent toujours une reconnaissance complète de leur volume d'activité.
Nous constatons que le conventionnement reste inégal entre les AFT, au vu de la comparaison entre les 1000 heures conventionnées et le volume organisé par chaque AFT,  à savoir :

  • 1 seul AFT voit son volume entièrement reconnu ;
  • 2 AFT sur 8 voient leur programme réel de formation reconnu à 87% ;
  • 1 AFT sur 8 n'est reconnu que pour la phase de formation de base pour la moitié de son programme réel ;
  • 5 autres AFT sont reconnus pour les deux tiers de leurs heures réellement organisées.

UN MANIFESTE PEDAGOGIQUE POUR LA REVISION DU CAHIER DES CHARGES DES AFT

En 2003, la FeBISP réunit les AFT en groupe de travail. Pour préparer la future négociation de leur cahier des charges avec Bruxelles Formation, le GT AFT produit un « Manifeste pédagogique » qui décrit leurs principes pédagogiques.

Deux points de l'ancien cahier des charges sont obsolètes : la répartition des heures définissant les différentes phases de formation ; le défraiement évolutif des stagiaires en rapport à leur rentabilité progressive dans la formation.

Le

s'engage à boucler la révision du cahier des charges des AFT pour septembre 2003. A la lecture d'une note de synthèse de Bruxelles Formation et sur base du cahier des charges existant, les éléments au coeur des commissions thématiques AFT sont les suivants :

  • La nature des actions à promouvoir (typologie d'action AFT ; but et opérations des actions) ; objectifs de resocialisation et d'éducation permanente) ;
  • Les objectifs opérationnels qui leur sont assignés (Logique de pré-qualification par rapport aux autres);
  • Les critères de sélection des actions ;
  • La définition du public ;
  • Le processus opérationnel (volumes d'heures et nombre de stagiaires) ;
  • Les moyens mis en oeuvre (pédagogie, critères de différenciation entre formation pratique, expérience professionnelle et phase de production) ;)
  • Les modalités de partenariat entre Bruxelles Formation et les organismes d'insertion socioprofessionnelle (OISP ;
  • Les modalités d'implication des organisations professionnelles représentatives du monde du travail ;
  • Les conditions de subvention des actions, en ce compris leur financement par le Fonds social européen et les financements complémentaires visés à l'article 13, § 4 du décret ;
  • Les modalités d'évaluation des actions.

La FeBISP négocie au Comité tripartite de l'application des accords non marchand, une dérogation particulière en vue d'aboutir à une plus grande équité de reconnaissance entre AFT et entre eux et les autres OISP. La négociation est suivie de l'arrêté 2004 qui propose une procédure de régularisation de subventionnement des AFT  par la Commission Communautaire française et influe indirectement sur le financement du Fonds Social Européen.

POUR EN SAVOIR PLUS...

DRISU (Délégation régionale interministérielle aux solidarités urbaines) devenu le SRDU (secrétariat régional au développement urbain)