aller au contenu

Modèles économiques

Les ILDE et EI assurent leur développement économique selon trois modèles.

En Economie Sociale d’Insertion (ESI), les structures assurent l’insertion socioprofessionnelle du public-cible via une activité économique. Pour entreprendre en ESI, les ILDE et EI doivent développer un plan de formation et d’accompagnement (méthodologie des ILDE et EI), mais aussi un modèle économique cohérent. Comme ils assurent parallèlement des missions déléguées par l’état (l’insertion socioprofessionnelle d’un public fragilisé) et une activité économique, les produits se répartissent entre subside et marché privé. Le chiffre d’affaires permet de dégager trois types de catégories:

  1. Le chiffre d’affaires ne représente pas une part significative de leur produit - tranche allant de 0% à 25%
  2. Le chiffre d’affaires représente une part significative, mais les autres produits restent prépondérants : de 25% à 50% de l’ensemble des produits
  3. Le chiffre d’affaires est l’élément majeur des produits : plus de 50% des produits sont liés à l’activité économique

Subsides et marché

Les politiques publiques ont développé une vision de l’ESI limitées à la transition, les subsides sont donc limités dans le temps (financements en ESI et aides à l'emploi pour les ILDE et EI). Une structure qui veut stabiliser les travailleurs du public-cible doit développer ses parts de marché. Plus une structure dépend du marché, plus la solvabilité de la clientèle est importante.

Les frontières entre les pouvoirs publics et le secteur à but de lucre ne cessent de se modifier, entrainant des effets positifs et négatifs. Au milieu de ces deux géants se situe le troisième secteur. La différence entre subsides et marché devient de plus en plus floue car les subsides fonctionnent comme des marchés. Les appels à projets ou les appels d’offres touchent à des missions de services publics, pour lesquels l’Etat fait jouer la concurrence.

Le dispositif des Titres-services va encore plus loin puisque le « subside » n’est pas versé aux structures, mais est directement octroyé aux consommateurs qui font leur choix dans un marché particulièrement concurrentiel.

Non-marchand

Projets de transition employant majoritairement des travailleurs qui relèvent :

  • De Programmes de transition professionnelle (PTP)
  • Du statut « Article 60§7 »

Souvent liés à des Missions Locales ou proches d’autorités publiques locales, l’activité repose sur des accords avec les autorités locales. Ces dernières mettent à disposition des chantiers pédagogiques avec peu ou pas de contributions financières directes. En échange, les services sont gratuits, ce qui ne permet pas d’autonomiser financièrement la structure.

Les autres produits ne sont généralement pas liés à l’activité commerciale de la structure, mais sont liés à la finalité de formation et de transition professionnelle du public-cible des ILDE et EI.

Mixte : subsides et rentrées commerciales

Employant majoritairement des travailleurs qui relèvent :

  • De Programmes de transition professionnelle (PTP)
  • Du statut « Article 60§7 »

Les structures demandent une contribution financière à leur clientèle qui est soit solvable, soit non solvable. Ces projets appliquent généralement une politique tarifaire différenciée en fonction de la solvabilité présumée de la clientèle (allocataires sociaux, chômeurs, etc.).

Pour plus d'informations, voir aides à l'emploi pour les ILDE et EI.

Rentrées commerciales

Les postes de travail du public-cible sont majoritairement salariés. Les conditions de travail sont généralement similaires à celle d’entreprises classiques et la tarification ne diffère globalement pas des prix pratiqués sur le marché.

Créer et entreprendre

Au regard de la diversité des situations et des modes de financement des ILDE et des EI, nous souhaitons rappeler que pour continuer à entreprendre en ESI :

  1. Les structures de l’ESI ne doivent pas être limitées à des marchés non solvables
  2. L’ESI doit pouvoir garder la possibilité de stabiliser son personnel
  3. Tous les secteurs d’activités doivent rester ouverts à l’ESI
  4. Les modèles économiques doivent être liés au rattachement des ILDE à la CP 329

Le guide de la gestion stratégique des entreprises sociales de l'Académie des entrepreneurs sociaux et l'Agence-conseil de la FeBISP aborde différents modèles économiques et l'équilibre entre mission sociale et impératifs économiques.