aller au contenu

PETITE HISTOIRE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

UNE STRATEGIE GLOBALE POUR UNE SOCIETE EUROPEENNE DE LA CONNAISSANCE

Les Etats membres de la Commission européenne ont pour obligations :
- de rendre leurs systèmes de certification transparents
- de développer des systèmes complémentaires de reconnaissance des qualifications
- de favoriser la mobilité des travailleurs au sein du marché du travail européen.
La validation des compétences issues d'apprentissages formels, non formels et informels fait partie intégrante de la stratégie globale que les Etats membres doivent mettre en oeuvre pour garantir une société européenne de la connaissance, compétitive, économiquement forte et socialement juste.

1957 : LE TRAITE DE ROME

Le Traité de Rome de mars 1957 prévoit la liberté d'établissement et de circulation des personnes : « la libre circulation des travailleurs salariés, définie par les articles 48 à 51, se met en place lentement. En 1959 est institué un régime de sécurité sociale des travailleurs migrants fondé sur la reconnaissance réciproque des régimes nationaux et le transfert des prestations d'un pays à l'autre. En 1968, une directive précise les trois droits à la mobilité des salariés : territoriale, professionnelle et sociale (promotion et insertion du travailleur et de sa famille, égalité de traitement social, fiscal et syndical). Mais, il faudra attendre les accords de Schengen pour que la liberté de circulation des personnes soit totale.»  

1997: LE TRAITE D'AMSTERDAM

Le traité d'Amsterdam, signé le 2 octobre 1997, entré en vigueur le 1er mai 1999, donne pour objectif à l'Union "un niveau élevé d'emploi". Il prévoit pour y parvenir une meilleure coordination entre les politiques nationales de lutte contre le chômage, des lignes directrices communes.
Des projets pilotes et mesures incitatives à la création d'emploi peuvent être financés par des fonds européens. La politique sociale (réglementation du travail et lutte contre l'exclusion, notamment) devient une politique communautaire; tous les Etats membres l'appliquent, y compris le Royaume-Uni. »

2000: CONCLUSIONS DU SOMMET DE LISBONNE

Le Sommet de Lisbonne définit le concept de Formation tout au long de la vie dans le cadre d'une « société capable d'une croissance économique durable, accompagnée d'une amélioration quantitative et qualitative des emplois, avec une plus grande cohésion sociale. »
« Au fil des années, la coopération en matière d'éducation et de formation à l'échelle européenne a acquis un rôle décisif dans la création de la future société européenne... Des stratégies en faveur de l'éducation et la formation tout au long de la vie, ainsi que de la mobilité, sont essentielles pour favoriser l'employabilité, la citoyenneté active, l'insertion sociale et l'épanouissement personnel."

« La mise en place d'une Europe de la connaissance et la garantie d'un marché européen du travail ouvert à tous constituent un défi majeur pour les systèmes d'enseignement et de formation professionnels en Europe et pour tous les acteurs concernés. Il en va de même pour la nécessité d'une adaptation permanente de ces systèmes aux éléments nouveaux et aux demandes changeantes de la société. Une coopération renforcée en matière d'enseignement et de formation professionnels contribuera de manière déterminante à garantir un élargissement réussi de l'Union européenne et à atteindre les objectifs fixés par le Conseil européen de Lisbonne. »

 .

2004: RAPPORT INTERMEDIAIRE DE L'UNION EUROPEENNE

En 2004, le rapport intermédiaire  de L'Union Européenne « Education et formation 2010 » pointe différents axes de faiblesse par rapport à l'offre de formation professionnelle et d'enseignement :

  • Le sous-investissement du secteur privé dans l'éducation et la formation ;
  • L'insuffisant niveau d'éducation des Européens ;
  • Le faible nombre d'adultes qui participent à l'éducation et à la formation tout au long de la vie ;
  • La probable pénurie d'enseignants d'ici 2015.

POUR EN SAVOIR PLUS...

LE CONTEXTE EUROPEEN DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Les priorités européennes en matière de formation professionnelle influent sur l'ensemble des opérateurs locaux.

L'Europe a beaucoup d'influence sur le cadre de la formation professionnelle à Bruxelles, dont faire partie le dispositif d'insertion socioprofessionnelle. A ce titre, une

retrace l'évolution du cadre européen relatif à la formation professionnelle.

Par ailleurs, les outils spécifiquement européen tel que l'

ont été mis en place afin de faciliter la mobilité des citoyens européens et touchent le public de l'ISP.