aller au contenu

Education permanente

L’éducation permanente est une démarche indissociable de l'insertion socioprofessionnelle car elle permet aux stagiaires de construire leur autonomie et de (re)trouver leur place de citoyen.

Définition de l’éducation permanente

Le Décret de la Communauté française du 17 juillet 2003 relatif au soutien de l’action associative dans le champ de l’éducation permanente mentionne, dans son article 1er §1er, son objet : « le développement de l'action associative dans le champ de l'éducation permanente visant l'analyse critique de la société, la stimulation d'initiatives démocratiques et collectives, le développement de la citoyenneté active et l'exercice des droits sociaux, culturels, environnementaux et économiques dans une perspective d'émancipation individuelle et collective des publics en privilégiant la participation active des publics visés et l'expression culturelle ».

Très concrètement, ce Décret soutient les associations qui favorise et de développe, principalement chez les adultes :

  • prise de conscience et une connaissance critique des réalités de la société
  • capacités d’analyse, de choix, d’action et d’évaluation
  • attitudes de responsabilité et de participation active à la vie sociale, économique, culturelle et politique » (art. 1er 2)

Education permanente et publics fragilisés

L'éducation permanente met au centre de sa démarche le développement d’une citoyenneté active et critique. Elle concerne tous les citoyens, mais une attention particulière est consacrée au public défavorisé sur le plan socioculturel. Ce qui est le cas du public ISP.

Qu’ils soient officiellement reconnus ou pas comme mouvement d’éducation permanente, les organismes d’insertion socioprofessionnelle sont tous concernés par cette démarche. Celle-ci apparaît tant dans le Décret ISP du 27 avril 1995 (art. 4 § 1er) que dans les différents cahiers des charges des actions de formation qui en découle. Ces derniers mentionnent que chaque action ISP doit comporter, outre les volets « formation professionnelle » et « accompagnement », un volet « éducation permanente ».

De plus, la démarche d’éducation permanente a trouvé pleinement sa place dans la charte de la FeBISP, adoptée en février 2010, et constitue donc à ce titre pour tous nos membres tant une démarche à mettre en avant qu’une valeur essentielle à défendre.

La démarche d’éducation permanente en ISP

La méthodologie des OISP permet de mener avec les stagiaires une démarche d'éducation permanente dans une dimension collective. Durant la formation, cela se traduit par l’organisation d’un ensemble d'activités structurées permettant aux stagiaires de développer et d'exercer :

  • esprit critique,
  • ouverture,
  • implication dans la société.

Ces éléments illustrent clairement l’objectif de l’éducation permanente en ISP : favoriser l’émancipation individuelle des stagiaires et, par là, poursuivre une finalité de transformation politique et sociale. Cette double dimension, individuelle et sociale, de l’éducation permanente est cruciale pour les stagiaires dans leur parcours d’insertion socioprofessionnelle. « Lorsque je revois d’anciens stagiaires en formation, confiait un directeur d’OISP, ils m’indiquent souvent que l’un des éléments les plus marquants de leur parcours d’insertion a été cette transformation individuelle et sociale qui leur a permis de reprendre confiance en eux-mêmes et de s’ouvrir à la collectivité. C’est un élément qui me semble particulièrement révélateur de l’importance de la démarche d’EP dans nos secteurs. »

Par ailleurs, cet objectif émancipateur de l’éducation permanente ne peut s’atteindre sans la construction d’une réelle autonomie chez les stagiaires. Pour ce faire, les formateurs en ISP travaillent avec les stagiaires les compétences leur permettant tout à la fois de façonner et de défendre leur autonomie. Ces compétences sont notamment définies par le sociologique et pédagogue Philippe Perrenoud (Résonnances, n°1, septembre 2002, pages 16-18) comme suit :

  1. Savoir identifier, évaluer et faire valoir ses ressources, ses droits, ses limites et ses besoins.
  2. Savoir, individuellement ou en groupe, former et conduire des projets, développer des stratégies.
  3. Savoir analyser des situations, des relations, des champs de force de façon systémique.
  4. Savoir coopérer, agir en synergie, participer à un collectif, partager un leadership.
  5. Savoir construire et animer des organisations et des systèmes d'action collective de type démocratique.
  6. Savoir gérer et dépasser les conflits.
  7. Savoir jouer avec les règles, s'en servir, en élaborer.
  8. Savoir construire des ordres négociés par-delà les différences culturelles.