aller au contenu

Méthodologie

Les organismes d'insertion socioprofessionnelles ont un double objectif d'insertion sociale et professionnelle. Plusieurs valeurs et principes généraux guident leurs pratiques afin de former et non de formater les apprenants.

Les organismes d'insertion socioprofessionnelle (OISP) partagent une même vision pédagogique de leur mission, quels que soient leurs types de formation. Signataires de la charte de la FeBISP, ils défendent des valeurs et des principes généraux communs à partir desquels ils développent des outils et démarches spécifiques (voir aussi méthodologie des ILDE et EI).

Les valeurs défendues par l'ISP

Parmi les valeurs défendues par les OISP se retrouvent notamment :

  • l'égalité des chances,
  • le respect des différences,
  • le développement d'une démarche citoyenne et démocratique qui inclut la participation, l'émancipation et la création de liens sociaux.

Principes généraux de l'ISP

Ces valeurs essentielles s’incarnent au moyen des principes généraux suivants :

  • les stagiaires au centre du dispositif d'insertion socioprofessionnelle : les OISP s'attachent à prendre en compte les stagiaires dans leur globalité. Les OISP s'adaptent ainsi aux besoins des stagiaires, en fonction de leur grande hétérogénéité, de leur faible niveau de qualification, de leur manque de confiance en soi et des difficultés d'apprentissage qui en découlent.
  • la construction des savoirs à partir du public et avec lui : les OISP appliquent une démarche socioconstructiviste privilégiant les méthodes inductives et le mélange constant entre théorie et pratique. Ils partent du public pour construire avec lui son apprentissage et lui donnent les moyens d'apprendre seul et avec d'autres individus. Pour les OISP, cette démarche est un gage de réussite pour augmenter l'autonomie du public tant dans son apprentissage que dans son parcours de vie.
  • une démarche d'éducation permanente : dans le cadre de cette démarche, le groupe de stagiaires est un levier pédagogique et son hétérogénéité participe également au processus de formation développé par les OISP. Cette dynamique collective stimule les stagiaires dans leur apprentissage mais aussi de manière plus générale dans leur réflexion citoyenne.
  • une offre de formation visant tant les compétences transversales que celles directement liées à des métiers : les OISP organisent des formations généralistes et des formations axées sur l'apprentissage spécifique d'un métier. S'ils visent à faire acquérir aux stagiaires des compétences transversales et techniques, toutes les formations ISP visent l'acquisition de compétences de base et de compétences sociales et collectives.
  • l’ajustement entre le projet de formation et le projet de vie : le suivi d'une formation est facilité grâce au suivi individuel psychosocial, pris en charge par les OISP, qui aide les personnes dans leur parcours d'insertion. Par ailleurs, une guidance accompagne individuellement les stagiaires dans la construction de leur projet professionnel. En effet, accueil, orientation et guidance sont nécessaire pour permettre un parcours cohérent.

Outils et démarches suivis dans l'ISP

Ces principes généraux peuvent également s’appuyer sur des outils et démarches spécifiques :

  • l’évaluation, une pratique formative plus que normative : si deux types d'évaluation coexistent, la formative (qui accroît la capacité des stagiaires à s'autoévaluer et qui renforce et facilite leur apprentissage) et la normative (qui donne des points de repère aux stagiaires pour s'orienter dans leur parcours de formation et/ou d'insertion), les OISP recourent principalement à la première.
  • le caractère formatif des stages en entreprise : durant la formation, le stage est un outil concret de rapprochement du public vers le marché de l'emploi. Les OISP insistent sur son caractère formatif. Quels que soient les niveaux ou les objectifs de formation, le stage doit permettre aux stagiaires d'acquérir de nouvelles compétences comportementales ou techniques tandis que la confrontation aux exigences professionnelles les aide à pouvoir se projeter dans un avenir professionnel.
  • l’articulation constante entre la formation et l’emploi : pour aider les stagiaires à réaliser leur projet d’insertion, toutes les formations ISP se font en lien étroit avec le milieu professionnel. Afin de continuer à s'adapter à l'ensemble des besoins du marché de l'emploi, les OISP maintiennent un contact permanent avec les employeurs. Ils actualisent ainsi leurs contenus de formation et suivent les évolutions technologiques du secteur professionnel visé.
  • des formations couvrant un large éventail de métiers plus ou moins peu qualifiés : les OISP forment les stagiaires à différents seuils d'employabilité sur le marché de l'emploi : des emplois non qualifiés, des fonctions intermédiaires qui couvrent partiellement un métier, de nouveaux métiers émergents (non identifiés par l'Enseignement mais présents sur le marché de l'emploi), des métiers reconnus comme « fonction critique » sur le marché de l'emploi bruxellois (c'est-à-dire des professions pour lesquelles il existe des difficultés de recrutement) ainsi que des métiers exigeant une certification de la Fédération Wallonie-Bruxelles ou de la Commission communautaire française (COCOF) via l'Enseignement de Promotion sociale (principalement dans les secteurs de l'aide aux personnes ou de l'animation)

En 2007, la FeBISP a publié un Manifeste pédagogique des OISP qui détaille leur méthodologie. Les OISP travaillent également avec la démarche référentielle et la validation des compétences.

L'AVCB a développé des référenciels méthodologiques pour les CPAS qui sont disponibles sur leur site : bilan social en CPAS, bilan socioprofessionnel en CPAS et table emploi en CPAS. L'UVCW a également mit en ligne des outils méthodologiques dont le bilan socioprofessionnel en CPAS (2011) et une boîte à outil sur la participation.