aller au contenu

ALLO, BRUXELLES? ALLO, LA TERRE ? SENTIMENT D'EFFICACITE

Efficacité et bonheur, couple inséparable?

Corinne Ptit'bière

C'est pas pour me vanter, mais je trouve que j'ai été véritablement inspirée de vouloir proposer un « Allô la Terre » sur le thème de l'efficacité au mois de janvier ! (oui, oui, au moment où j'écris ces lignes, nous sommes encore en janvier...)

Eh oui, à quel mois de l'année devons-nous être plus efficaces qu'en janvier ? Les deux réveillons à peine expédiés, nous revoilà au boulot, avec les dossiers de l'année précédente à boucler, et le démarrage des nouveaux qui commencent. Où voulais-je en venir ? Ah oui, l'efficacité... Ou plutôt, son sentiment.

« Le sentiment d'efficacité personnelle est l'une des facettes de l'image de soi, qui correspond à une perception de capacité : il s'agit de l'évaluation que se fait une personne de sa capacité à atteindre un but déterminé. »
Quant à l'efficacité, c'est « la capacité à produire le maximum de résultats avec le minimum d'effort, de dépense » .

L'EFFICACITE : UNE SOURCE DE BONHEUR INEPUISABLE

Tout le monde recherche l'efficacité, parce qu'elle est une source de bonheur inépuisable. Si, si ! Contrairement à ce qu'on pourrait penser instinctivement, l'oisiveté ne fait pas le bonheur... Une vaste enquête menée par le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi , auprès d'une centaine d'hommes et de femmes, interrogés à différents moments de la journée durant une semaine, révèle que la plupart des gens éprouvent davantage d'expériences positives au travail que pendant les périodes de loisirs. On se serait attendu au contraire. Et pourtant : au travail, les sujets interrogés se déclarent stimulés par des défis, heureux, créatifs et joyeux; en revanche, durant leur temps libre, ils se sentent passifs, ils utilisent peu leurs capacités et se sentent davantage insatisfaits.

Et tout ça, c'est dû aux bienfaits de l'efficacité... Travailler tout bêtement, c'est pas drôle. Ce qu'on aime dans le travail, c'est ressentir la fierté d'avoir résolu, un à un, avec efficacité, une série de petits ou gros pièges. Et le fin du fin en la matière, c'est de consacrer cette efficacité à des actions qui pour nous ont du sens, sont utiles...

TRAVAILLER DANS LE PRIVE ? LE PRIVE DE QUOI ?

J'ai commencé ma carrière dans la coopération au développement... C'était utile, et je pouvais faire jouer, à plusieurs niveaux, mon efficacité personnelle... Mais après quelques années, je me suis rendu compte qu'essayer d'aider à distance des populations démunies était une aberration. Non, ce qu'il fallait, c'était changer « au Nord », nos propres habitudes, car après tout, la cause première des déséquilibres économiques mondiaux, c'est la domination que les pays riches font peser sur les pays pauvres... En quête d'efficacité, je me retrouve donc à travailler dans l'ISP. Et vous savez comme moi que ce ne sont pas les défis qui manquent... De quoi jouir d'une activité professionnelle extrêmement épanouissante...
Mais voilà, j'ai le sentiment diffus que le secteur de l'insertion socioprofessionnelle et de l'économie sociale se sentent inconsciemment « moins efficaces » que le secteur « privé ». Ce sentiment diffus se détecte au hasard de petites remarques en apparence anodines. Ainsi, les gens qui, avant de travailler dans l'associatif, ont « bossé dans le privé » sont pressentis comme ayant une longueur d'avance sur les autres en termes d'efficacité. Or... C'est faux. Si l'on prend la peine de les observer, les preuves de la défaillance des entreprises privées sont très nombreuses... Voyez les files d'attente aux guichets des banques, les retards pris dans les chantiers de la construction, les appareils électriques qui vous pètent dans les doigts après quelques utilisations, le modem ADSL activé après des mois d'attente,... On pourrait multiplier les exemples.

UN PEU DE LOGIQUE SVP

Si le sentiment d'auto-efficacité rend heureux, à quoi mène le sentiment d'auto-inefficacité ? Je vous laisse deviner, et je ne vous le souhaite pas...

Posons donc les équations comme il le faut. Si 1°) efficacité = bonheur et 2°) faire beaucoup avec peu = efficacité ; Sachant que l'associatif bruxellois fait beaucoup avec peu, alors il a tout pour être heureux ! Allez, bonne année 2008 !

NOTES DE BAS DE PAGE

1) Extrait de DESMETTE, D., HERMAN G., « Conditions et effets du développement du sentiment d'efficacité personnelle au cours d'une formation qualifiante », In Les cahiers du Cerisis 98/8, p. 3
2) Tiré du Nouveau Petit Robert de la langue française, édition 2008.
3) CSIKSZENTMIHALYI M., Vivre. La psychologie du bonheur., Robert Laffont 2004, 272 p.