aller au contenu

ALLO BRUXELLES: ERASME * ET UNE FABLE PARMI D'AUTRES

L. Amma Madin Erasmus

Erasme se retournerait dans sa tombe s'il savait tout ce que l'Union européenne a commis en son nom. Ou plus exactement ce que ses descendants, qu'on nomme « les Erasmus » commettent sous son patronyme. Les papas et les mamans des bambins étudiants (encore du lait derrière les oreilles comme dirait ma copine), pensent qu'ils ETUDIENT, c'est bien connu.

Les bambins chéris sont pour la plupart partis... en avion, chargés comme des baudets (ça veut dire « supplément-bagages » en langage Ryanair). Si leur bagage entre dans la cabine, c'est qu'ils ont oublié la moitié (ça veut dire « achats sur place » en langage parental financier). Le mien, je l'ai conduit en voiture, encore sous le choc d'avoir réussi à y enfourner mon petit Erasmus (1m85), son sac à dos, son ordi (non portable, écran 15 pouces), sa chaîne stéréo (4 baffles), son banc de muscu (z'avez bien lu), mon homme et nos deux mini valises.

De coups de fil émus (des parents, car les petits ne veulent pas dépenser en frais gsm, ils n'ont pas encore reçu la bourse, et tout coûte cher, tu t'rends pas compte. Ben tiens chéri-chérie, je connais pas le coût d'la vie, c'est pour ça que je travaille) en mails inquiets (m'enfin qu'est ce qu'il fait ? N'est jamais là !), la vie se déroule jusqu'au retour de l'enfant, à peine changé, en ses foyers pour les vacances de Noël.

Re-départ de l'enfant.  De grands adieux (surtout à ses copains-copines, qui l'ont vu beaucoup plus que vous) l'ont mis dans un état comateux, bon sang, va-t-il s'en remettre, mon tichouchéri a l'air bien déprimé. Au revoir au revoir, à bientôt, on va aller te voir. Car, souvent, les endroits à Erasmus attirent les parents comme un pot de miel les ours. Espagne, Italie, Grèce, Royaume-Uni, France : l'occasion de visiter, de se cultiver, de voir comment et où l'enfant vit sa première année de « jeune adulte qui a coupé le cordon ». C'est en effet là qu'on voit.

Conversation via Skype (heureusement que ça existe) :

  • Allo maman-papa, j'ai un problème avec mon proprio.
  • Ouîîî
  • J'ai pété le volet de la fenêtre. Il était déjà foutu, ce proprio est une m... Il était bien gentil puis tout d'un coup il me vouvoie et me met en demeure de payer la réparation, alors que son volet était pourrave et...
  • Tu pourrais le réparer toi-même, non ?
  • Oui, mais le locataire actuel...
  • Comment ça ?
  • Ben, j'ai déménagé dans le centre.
  • Ah ?
  • Ben oui, je suis parti de son rade pourri
  • Sans prévenir le proprio i !?
  • Ben si, et je lui ai trouvé un autre locataire.
  • Mais c'est toi qui as signé le bail !
  • Oui, et maintenant il me dit que je ne pouvais pas sous-louer et il a mis le sous-loc dehors et..

Etc. etc. Bref, le proprio ne veut pas rendre la garantie que vous, parents, aviez payée, gloupsss.

Autre coup de fil skype, à peine plus tard :

  • Allo, maman-papa, j'ai un problème très grave
  • Ouîîî
  • J'ai des amendes
  • Ahhhh
  • Beaucoup
  • Et pourquoi ?
  • Parce que j'ai roulé avec mon scooter dans des rues où on ne peut pas rouler et où il y a des caméras, et je pensais que ça ne concernait que les bagnolles et voilà, ça me dégoûte, je préfère faire de la prison et j'en ai marre de ce pays de c...
  • Et tout ça se monte à combien ?
  • 80 euros par amende
  • Combien d'amendes ?
  • Chais pas encore, ces flics mettent deux mois à les envoyer, m'enfin, 50 au moins. Peut-être 80...
  • Quoi ??? Mais, tu nous disais que tu ne roulais pas avec ton scooter, tu n'as pas le permis ni d'assurance, on t'avait dit de le revendre !
  • Je sais, mais le permis n'a rien à voir
  • (en coeur) Si !
  • Etc etc.
  • Je vais travailler pour vous rembourser les 5.000 €, il va me falloir au moins six mois ...

Moralité 1 : ce qu'Erasmus ne vous dit pas, c'est que c'est réservé aux riches.
Moralité 2 : vous qui deviez bien constatier que les projets de votre chère tête blonde n'intégraient pas la perspective « travail », voilà que le mauvais sort présente un bénéfice secondaire important : parce qu'il aura un diplôme, parce qu'il a pu faire des études supérieures, parce que donc, il est un vrai privilégié, et parce que très brutalement il a dû devenir un homme, votre enfant fera ce qu'il faut pour entrer sur ce marché du travail qui n'ouvre pas les bras aux jeunes et qui leur fait peur.  
Moralité 3 : pour ceux qui sont moins chanceux, les plus nombreux donc, cette histoire-ci est impossible : ni l'Erasmus, ni les conversations avec les parents par skype, ni l'achat du scooter même pourri, ni la visite des parents là-bas, ni la perspective de travailler rapidement, ni, ni, ni. Rien de tout ça. C'est finalement le plus triste, et même le plus scandaleux de l'histoire.

NOTES DE BAS DE PAGE

* Prêtre Hollandais du temps de Charles-Quint, défroqué par conviction que le libre-arbitre est imprescriptible. Par ailleurs grand voyageur.