aller au contenu

L'ECONOMIE SOCIALE D'INSERTION A L'ESPACE MALIBRAN


Le 15 janvier, plusieurs projets novateurs développés sur le site de l'Espace Malibran étaient présentés en présence de Monsieur Benoît Cerexhe, Ministre de l'économie et de l'emploi. Cet après-midi fut l'occasion de découvrir ce lieu ainsi que Proximité Santé et Service ARPAIJE, deux projets d'économie sociale d'insertion qui y sont implantés.

Jonathan Lesceux

L'Espace Malibran héberge une série d'initiatives résolument tournées vers les besoins sociaux des personnes fragilisées et désireuses d'offrir aux bruxellois des services de qualité financièrement accessibles.

Du nom d'une célèbre cantatrice, le site était à l'origine une maternité. Mais à partir des années 80, l'Espace, situé à quelques centaines de mètres de la place Flagey, fut peu à peu reconverti. Actuellement, il est devenu un pôle de développement social important et original qui emploie plus de 400 personnes.

Cette politique de reconversion fut menée avec la volonté de favoriser le maintien à domicile des personnes en perte d'autonomie. Dans ce cadre, le site accueille un important dispositif d'aide et de soins à domicile (ASD). Cette politique de reconversion a également été menée avec la volonté d'accueillir des services de proximité pour la population locale. D'où la présence de plusieurs initiatives d'économie sociale d'insertion dont il sera plus abondamment question plus loin.

Quatre projets novateurs

La visite du ministre Benoît Cerexhe, en charge de l'économie sociale, a commencé par une présentation de quatre projets novateurs développés par les associations présentes sur le site :

Une nouvelle offre de conseils en aides techniques et en aménagement du domicile par des ergothérapeutes, pour des parents d'enfants handicapés ou gravement malades, mise en place par l'ASBL Solival.

Un projet de transport (taxi social) pour personnes handicapées développé par Proximité Santé dont il sera plus abondement question dans la suite de ce reportage.

Une crèche pour enfants valides et handicapés, mise en place par Aide et Soins à Domicile dont l'originalité est d'accueillir des enfants en situation de handicap mental et des enfants sans handicap.

Et, last but not least, le kit repas équitable et biodégradable lancé par « Service Arpaije ».

Au terme de cette présentation, le ministre a été invité à découvrir chacun des stands de présentation des différents projets. Profitant de ce petit intermède, j'ai eu le plaisir de découvrir les projets développés par Proximité Santé.

Proximité Santé

Fondée par la FIAS et soutenue à ses débuts par le fonds expérimental en matière de services de proximité, cette ASBL agréée ILDE emploie actuellement 14 personnes. Son objectif est de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées pour éviter une mise à la maison de repos prématurée : « Notre « clientèle » est surtout composée de personnes âgées qui désirent rester le plus longtemps possible chez elles et ne pas se retrouver dans un home » explique Sébastien Tack, directeur de l'ASBL.
Pour les y aider, « Proximité Santé » développe plusieurs services qui permettent à leurs « clients » de conserver une certaine autonomie :

- Conseils d'une ergothérapeute spécialisée pour aider les personnes à aménager leur domicile.

- Livraison et installation de matériel paramédical (béquilles, chaises roulantes, lève personnes, langes). L'ASBL effectue ainsi près de 3 000 livraisons paramédicales par an.

- Travaux à domicile (ex : petite plomberie, électricité, entretien du jardin).

- Services de taxi social accompagné (ex : accompagner une personnes chez le médecin ou pour aller faire ses courses).

Par ailleurs, au-delà des services proposés, les travailleurs de Proximité Santé jouent également un rôle social non négligeable : ils ne se limitent pas à faire des livraisons, mais ils passent également du temps à discuter et écouter leurs clients. De la sorte, ils remplissent un peu le rôle que jouait parfois, ou joue encore, le facteur dans certaine région. De plus, étant donné la jeunesse des travailleurs (qui ont presque tous moins de 25 ans), Proximité Santé contribue aussi d'une certaine manière à la construction du dialogue intergénérationnel...

En tant qu'ILDE, ce projet vise aussi à promouvoir l'insertion socioprofessionnelle puisque 60% des postes sont occupés par des travailleurs motivés mais défavorisés et/ou difficile à placer. Le but de l'ASBL est de leur permettre d'apprendre les métiers de chauffeur-livreur, assistant administratif, assistant de stock « Pour le métier de chauffeur par exemple, après un an chez nous, nos travailleurs chargés des livraisons sont directement employables : ils connaissent parfaitement la Région bruxelloise et sont habitués aux aspects administratifs de ce genre de travail, comme la préparation des tournées ou l'utilisation de bons de livraison ». Et cela semble fonctionner puisque Sébastien Tack donne l'exemple d'un ancien travailleur qui s'est mis à son propre compte en devenant livreur indépendant par la suite. Au-delà de la formation proprement technique au métier, notre interlocuteur souligne également que passer une année dans une entreprise, c'est aussi apprendre ou réapprendre les habitudes de travail « Arriver à l'heure, respecter des consignes, s'intégrer dans une équipe... ». Choses qui sont sans doute fondamentales pour des gens qui n'ont parfois jamais travaillé de leur vie. À ce niveau, Sébastien Tack souligne qu'à la grande différence des entreprises du circuit traditionnel, « les entreprises d'économie sociale peuvent se permettre de recadrer plusieurs fois des travailleurs dans une logique d'apprentissage, là où d'autres entreprises licencieraient directement ».

L'ILDE D'ARPAIJE inaugure un nouveau projet

Cette après-midi, déjà passionnante, s'est conclue par la présentation du nouveau projet d'ARPAIJE, un kit repas équitable et biodégradable réalisée par Service ARPAIJE.

Installée depuis janvier 2008 à l'Espace Malibran, ARPAIJE asbl accueille en formation 30 à 35 demandeurs d'emploi dans le cadre de ses activités en tant qu'AFT et organisent plus de 26 000 heures de formation par an dans le domaine de la restauration (cuisine et salle), de service traiteur et de cuisine pour collectivités. Plus récemment, ARPAIJE a développé un projet d'économie Sociale (ILDE) appelé Service ARPAIJE qui emploie quatre travailleurs.

L'originalité de ce projet est d'associer étroitement commerce équitable, économie sociale et respect de l'environnement. En effet, la cafétéria (située à l'espace Malibran) et le service catering, gérés par cette ILDE, privilégient les produits issus du commerce équitable dans les plats et des boissons qu'ils proposent.
À ce sujet, George Bernaerts explique « La question de la justice sociale doit être abordée de manière globale :  ça n'a pas de sens de créer du boulot ici sur le dos de gens exploités dans le Sud. C'est pratiquement inhérent à la logique de l'économie sociale que d'intégrer des aspects éthiques comme le commerce équitable ». Et c'est exactement dans cette optique qu'a été développé le nouveau produit de Sevice ARPAIJE : un kit repas équitable et biodégradable présenté à l'occasion de la visite du Ministre.

Un projet mûrement réfléchi

À ses débuts, insuffisamment défini et trop lié au potentiel interne du centre d'entreprise Dansaert avec lequel les relations difficiles se sont muées en réel conflit, le projet d'ILDE avait du mal à démarrer.

Néanmoins, l'horizon s'est rapidement éclairci avec le déménagement de l'ILDE à l'espace Malibran en janvier 2008. Ce changement d'atmosphère a posé les bases d'une redéfinition du projet. Menée avec l'aide de consultants (de Syneco principalement), cette réflexion répondait à trois volontés :

Développer un projet novateur et ouvert à une nouvelle clientèle tout en s'articulant intelligemment avec le projet déjà existant de formation par le travail dans le domaine de l'horeca.

Développer au maximum des synergies avec d'autres acteurs du site Malibran « Comme par exemple, rationaliser les transports en collaborant avec d'autres partenaires comme Proximité Santé dont une quinzaine de véhicules sillonnent Bruxelles tous les jours ».

Intégrer aux aspects économie sociale et commerce équitable du projet, une dimension environnementale « Ce n'est pas une cerise sur le gâteau, mais le constat qu'on ne peut pas aujourd'hui raisonnablement penser un nouveau projet à Bruxelles sans y intégrer une dimension environnementale ».

Le nouveau produit : un kit repas équitable et biodégradable

Au final, le produit présenté vaut définitivement le coup d'œil et suscite même l'admiration du Ministre (en campagne) qui le qualifie de « Produit phare, innovateur, d'avenir et d'actualité ».

Cette fameuse boîte renferme un kit repas tout en un composé d'une boisson, d'un plat principal et d'un dessert ainsi que de la vaisselle nécessaire à les consommer. Le produit est pensé pour être proposé lors de réunions de travail. Il cible des entreprises, des assemblées parlementaires, des colloques, des ministères... qui ont besoin de repas de qualité ne nécessitant aucune préparation.
Une grande partie des produits utilisés (riz, quinoa, mangue, banane, chocolat...) sont issus du commerce équitable tandis que « la vaisselle » est entièrement biodégradable et la boîte est fabriquée en carton recyclé labellisé FSC.

Enfin, on ne manquera pas de souligner le caractère pédagogique et convivial de cette boîte ! En effet, plus qu'un moyen de transport, elle est également un outil de communication. Une fois dépliée, elle se transforme en set de table illustré par les CV des cuisiniers, des recettes et surtout l'explication de la démarche se « cachant » derrière le repas qui est en train d'être savouré.

Pour conclure, une après-midi pleine de découverte et de projets qui veulent aller de l'avant tout en gardant les pieds sur terre afin de répondre aux problèmes concrets de notre Région.