aller au contenu

SOMMAIRE DE L'INSERTION 96

Si les jeunes sans emploi sont devenus une priorité pour l'Europe, le Gouvernement fédéral et bientôt ACTIRIS, l'insertion socioprofessionnelle, s'est intéressée à ce public dès les premières initiatives d'insertion socioprofessionnelle, les jeunes adultes peu scolarisés étaient au coeur des projets : que ce soit au sein des Missions Locales ou dans les organismes de formation professionnelle. Les Initiatives Locales de Développement de l'Emploi et les Entreprises d'Insertion ont, elles aussi dès leur lancement, travaillé avec des jeunes Travailleurs Sans Emploi. Le dossier de ce numéro se penche sur cette facette du travail en ISP à travers un focus sur six initiatives développées par les membres de la FeBISP.

 .

Chers lecteurs,

Ce numéro se fait à la fois l'écho d'une étape importante dans le paysage de la formation professionnelle et d'une facette du travail en Insertion Socioprofessionnelle (ISP).

L'étape importante concerne Bruxelles Formation. En l'espace de trois mois, la direction adjointe et la direction générale ont quitté l'institution, pas encore vénérable, mais très importante pour les politiques de formation et d'emploi. Après 17 années, Marc Thommes et Michel Peffer vont pouvoir bénéficier des joies de la pension. Nous avons profité de cet événement pour les interroger, tant sur le parcours de Bruxelles Formation depuis sa création, que sur leur vision de l'avenir de l'institution et de ses missions, avec un regard plus particulier sur les partenariats. En clôturant la rédaction de ce numéro, nous avons appris la nomination d'Olivia P'Tito à la direction générale de Bruxelles Formation. Nous espérons que son expérience en tant que députée régionale et en tant qu'administratrice, entre autres d'une Mission Locale, permettra à l'Organisme d'Intérêt Public (OIP) de poursuivre et d'intensifier les logiques d'un véritable partenariat avec les associations d'ISP.

Le focus sur une facette du travail en ISP porte sur une partie du public dont on parle beaucoup : les jeunes travailleurs sans emploi. C'est devenu une des priorités de l'Europe, notamment via la prochaine programmation 2014/2020 du Fonds Social Européen. C'est une priorité du Gouvernement fédéral avec, en complément de l'activation ciblée, la mesure « stages d'insertion ». Et ce sera aussi celle d'ACTIRIS qui proposera sous peu la « Garantie Jeunes », qui dans la droite ligne des choix européens, vise à garantir à chaque jeune demandeur d'emploi, inscrit chez ACTIRIS depuis six mois, l'accès à un emploi, à un stage d'insertion, à une formation ou à un accompagnement. Bref, ça bouge ! Et dans l'ISP ? Ça bouge depuis longtemps ! Dès les premières initiatives d'insertion socioprofessionnelle, les jeunes adultes peu scolarisés étaient au coeur des projets : que ce soit au sein des Missions Locales ou dans les organismes de formation professionnelle. Les Initiatives Locales de Développement de l'Emploi et les Entreprises d'Insertion ont, elles aussi dès leur lancement, travaillé avec des jeunes Travailleurs Sans Emploi. Cette longue expérience, parfois depuis plus de trente ans, a permis de proposer à de nombreux jeunes adultes, très souvent en marge du système scolaire et du monde de l'emploi, de retrouver une place à part entière et de se retrouver.

Des réussites et des échecs aussi. Mais toujours des projets adaptés, tant à la réalité de la société qu'à la réalité des jeunes adultes. Et l'évolution continue. Vous en trouverez, dans le dossier de ce numéro, quatre exemples qui montrent toute la richesse et l'expertise que les secteurs de l'insertion et de l'économie sociale d'insertion développent pour ce public spécifique. A l'heure où les pouvoirs publics semblent (re)découvrir l'importance de l'attention à porter aux jeunes adultes sans emploi, nous pensons qu'ils peuvent, sans exclusive, s'appuyer sur notre expertise...

Bonne lecture,

Pierre Devleeshouwer
Directeur de la FeBISP asbl