aller au contenu

L'ESI bruxelloise en proie à des problèmes de financement: il faut que la loi soit adaptée !

A la veille du passage en deuxième lecture d'un texte d'avant-projet d'Ordonnance, la Fédération bruxelloise des organismes d'Insertion socioprofessionnelle et d'économie sociale d'insertion (FeBISP) espère que ses objections seront intégrées dans le texte modifié et rappelle, en attendant, les demandes du secteur de l'Economie Sociale d'Insertion (ESI).

L'économie sociale d'insertion à Bruxelles, ce sont 88 entreprises agréées comme Initiatives Locales de Développement de l'Emploi (ILDE) et Entreprises d'Insertion (EI) qui permettent à 1.300 personnes peu qualifiées de (re)trouver un emploi et/ou d'acquérir une expérience professionnelle. La FeBISP regroupe en son sein la moitié des entreprises francophones agréées. Depuis maintenant 5 ans, chaque année, c'est pareil : les aides prévues par la Région bruxelloise arrivent en retard et elles sont inférieures aux montants prévus dans la loi. La nouvelle Ordonnance, qui passera bientôt en deuxième lecture au Gouvernement, réglera-t-elle ce problème ?