aller au contenu

SOMMAIRE DE L'INSERTION 119

 .

Une nouvelle législature s'achève. Cinq ans se sont déroulés sur la Région de Bruxelles-Capitale, su la Belgique et sur l'Europe. C'est un peu le moment du bilan avant de choisir d'entamer une nouvelle période de cinq ans. Bilan que nous avons déjà effectué lors de la rédaction de notre Mémorandum.

Au niveau de la RBC, l'ISP n'a pas été réformée comme nous nous y attendions, pas de nouveau décret. Nous restons sous le règne du Décret 1995. Cependant, de grandes avancées ont été réalisées en matière e certification des formations. Cette année, nous verrons apparaître les premières formations qualifiantes certifiantes en ISP. Il s'agit de l'aboutissement de plus de dix années de travail depuis la prise de décision de faire rentrer l'ISP dans cette logique. Un tableur qui s'est étend sur trois législatures avant d'aboutir concrètement.

L'ordonnance des Missions Locales date de 2008, c'est-à-dire de l'avant dernière législature. Les arrêtés ont été élaborés durant la législature précédente. Enfin, presque dix ans après sa promulgation, l'ordonnance pour la Mission Locale de Werkwinkels a été mise en application. Un travail qui s'est étalé sur trois législatures, une quinzaine d'années donc.

Durant cette législatures, l'ESI a vu son environnement fortement modifié. Une nouvelle ordonnance en entreprenariat social, des nouveaux arrêtés dont celui sur le mandatement en insertion et celui instituant un nouveau lieu de concertation. Une nouvelle ordonnance sur les Aides à l'emploi et des nouveaux arrêtés dont celui sur les dispositifs d'emploi d'insertion en économie sociale et celui sur les Articles 60.

Que l'ordonnance et les arrêtés soient votés durant la même législature n'est pas chose courante. Nous avons déjà eu une ordonnance ES en 2012 qui faute d'arrêté n'a pas été mise en application. Qui plus est, la mise en application d"marre également durant cette même législature avec, pour les structures existantes, une période de transition nous amenant à la prochaine législature.

Depuis sa création en 1996, a FeBISP participe à la concertation de ces réformes. Ce rôle se décline aussi bien durant les périodes de modifications de textes législatifs que durant leur parcours vers leur mise en application. Force est de constater que les réformes sont toujours un saut dans le vide.

Les textes législatifs ne règlent pas tout. L'ordonnance pose un cadre général inapplicable sans les arrêtés d'application. Ceux-ci vont plus loin mais n'achèvent pas le travail. Il faut pouvoir anticiper le plus de situations possibles afin de voir ce qui est couvert par les écrits par les écrits et ce qui ne l'est pas. Après le moment d'élaboration des textes, c'est a tour des administrations ou des organismes d'intérêt public (OIP) de se mettre autour de la table. Leur interprétation est cruciale pour assurer une mise œuvre concrète et ce, dans le cas qui nous occupe, sous la tutelle d'un nouveau Ministre e d'un nouveau Gouvernement.

Ces dix ou quinze années de travail paraissent longues. Cependant, dans le quotidien c'est différent. tout se produit rapidement avec des rythmes saccadés et changeants. Parfois c'est trop rapide, nous avons à peine le temps de donner un avis sur un texte ou de concerter les membres. Nous sommes forcés d'avancer et nous tentons de le faire avec prudence, mais il faut quand même y aller... Parfois, cela coince sans savoir précisément pourquoi. Alors nous questionnons, nous téléphonons, nous envoyons des mails et nous organisons des réunions pour faire avancer le travail.

Il s'agit d'un travail passionnant qui s'organise sur le moyen et le long terme tout en bousculant sans cesse le court terme. Merci à tous ceux qui travaillent avec nous pour assurer que l'insertion socioprofessionnelle et l'économie sociale d'insertion puisse continuer à subsister, à évoluer et à fournir un travail de qualité.


Tatiana Vanessa Vial Grösser
Directrice adjointe